Échouage

(Cet article aurait dû paraitre voilà plus d’un mois, mais mon ordinateur ayant rendu l’âme et les choses s’étant précipitées, le voilà, avec retard…)

L’histoire est simple et sans surprise, comme l’est souvent la nature humaine.

Ce sont deux personnes qui, depuis le début, caressent un rêve grandiose, incroyable. Pendant dix ans, elles travaillent sans relâche, multipliant les sacrifices, y mettant le meilleur d’elles-mêmes. Toutes leurs énergies y passent, elles y suent sang et eau, muscles et nerfs tendus vers ce projet. À force de regarder vers l’avant, comme lorsqu’on fixe le soleil dans les yeux, c’est l’éblouissement. On ne voit plus que de la lumière, sans distinguer les détails.

L’histoire est simple : deux personnes tendues vers un même but, dans l’effort formidable qu’elles mettent à l’atteindre, oublient de se regarder dans les yeux, oublient de se regarder le fond du cœur. Et un jour, lorsque la pression tombe, lorsque le rêve se réalise, lorsque l’eau salée nettoie les fronts en sueur, lorsque l’eau verte nettoie la coque de sapin, dessille les yeux, on regarde les mains qui tiennent la barre et on ne les reconnait plus comme siennes. On scrute l’horizon à la recherche du compagnon de route et on ne le retrouve pas. Sur une longue route, quelques degrés suffisent pour se perdre. Ou pour s’oublier.

8 mai. Nous voilà de nouveau à l’ancre à Fort Lauderdale, sept mois exactement après notre départ du Lac Champlain. Dans une semaine, nous prendrons l’avion pour Montréal où Yanick et moi chercherons des appartements séparés. Lhasa nous rejoindra quelques semaines plus tard sur le Lac Champlain. Nous  n’avons pas fait le tour du monde, mais avons commencé le tour de nous-mêmes. Ces quelques mois nous ont tous transformés. Nous avons repoussé nos limites et nous avons rencontré de nouvelles personnes, celles que nous sommes devenues imperceptiblement au fil des années.

Bien que ce retour nous rende très amers, je refuse, nous refusons de le considérer comme un échec. C’est un échouage : nous attendrons  la marée, peut-être permettra-t-elle à Lhasa de reprendre son voyage…

Pour l’heure, j’ajouterai de nouveaux articles sur notre séjour dans les Exumas et notre route de retour sur la Floride et surtout, je mettrai au long de nos dernières destinations des photos à faire rêver.

 

 

 

Que l’on regarde d’où l’on est
Comme un enfant qui part en mer

De sur la falaise où l’on est
Comme un enfant qu’un vaisseau prend

Comme un bateau que prend la mer
Pour un voyage au bout du vent

Pour un voyage en plein soleil
Mais la mer sonne déjà sourd

Et le ressac s’abat plus lourd
Et le voyage est à l’orage

Et lorsque toute la mer tonne
Et que le vent se lamente aux cordages

Le vaisseau n’est plus qu’une plainte
Et l’enfant n’est plus qu’un tourment

Et de la falaise où l’on est
Notre regard est sur la mer

Et nos bras sont à nos côtés
Comme des rames inutiles

Nos regards souffrent sur la mer
Comme de grandes mains de pitié

Deux pauvres mains qui ne font rien
Qui savent tout et ne peuvent rien

Qu’est-ce qu’on peut pour notre coeur
Enfant en voyage tout seul
Que la mer à nos yeux déchira.

(Hector de Saint-Denys Garneau, Regards et jeux dans l’espace, 1937)

18 réponses à “Échouage

  1. Que répondre à ça dis moi? Je suis bouche bée.

  2. Je suis une étrangère mais je suis vraiment vraiment désolée.
    Pas pour vous ou votre compagnon. Non. Ces choses-là arrivent. Mais pour les enfants si jeunes………. et si pleins d’espoir.
    Déjà écartelés par la vie.
    Bon courage!

  3. Daniele Simpson

    J’ai lu. Je suppose que tu es déjà à Montréal. As-tu trouvé un appartement ? Comment vas-tu ? J’espère vraiment que tu trouves en toi le courage dont tu as besoin, et que tes filles s’adaptent à ce changement. Et que Montréal vous sourit. Il y aura toujours le temps de faire le tour du monde autrement, par petits voyages. Le tour de soi est beaucoup plus important. Je t’embrasse. Danièle

    Daniele Simpson Envoyé de mon iPhone

  4. Aurore Gardès

    Danièle a des paroles bien sages : que vaut la découverte du monde si l’on passe à côté de soi-même ? Votre aventure n’est pas finie : elle se poursuit à travers votre quête de vous-mêmes, à travers les filles qui grandissent et à travers votre amour de la vie. Si ce voyage vous a transformés, il nous a aussi apporté beaucoup : merci pour les magnifiques textes, merci pour le partage de votre aventure familiale. Nous pensons très fort à vous. Aurore

  5. Triste, ton texte dit tout de ta tristesse, entre les lignes, à travers ta pudeur. Je n’ai pas changé d’adresse, ni de numéro de téléphone. Je pourrai te voir quand tu en auras envie. Même si tu n’en as que moyennement envie. Gros becs. Julie

  6. Véronique Duchateau

    Catherine je t’embrasse fort. Tu es une mère et une aventurière merveilleuse.
    A moi aussi ça m’a appris beaucoup de te lire jusqu’au bout.
    Je suis avec toi de tout mon coeur et j’espère qu’on pourra revivre des bons moments à Paris un jour avec les enfants. Dans 1 mois, 1 an ou 10 ans.
    Bonne chance dans ta nouvelle vie.

  7. Voici l’article lisible cette fois

    https://voilierlhasa.wordpress.com/2013/06/22/echouage/

    xxx

    C Envoyé de mon iPad

  8. J’avais hâte d’entendre parler de vous et je m’inquiétais. Désolée de la situation. Mais je sais que vous avez quand même le vent dans les voiles et que vous saurez traverser la tempête. Vous avez du courage et vous réussirez ce que l’avenir vous réserve, je suis sûre !
    Pierrette

  9. M.-Andrée Lévesque

    Bonjour Catherine,

    Quel choc!
    Au titre, j’ai cru à un problème technique…
    Puis j’ai compris.
    Cela me rend bien triste pour vous tous!
    L’aventure semblait si belle, l’espoir si solide, le rève si amoureux!
    Je ne pensais pas t’écrire à ce moment-ci, sur ce sujet!

    Je suis de tout coeur avec toi!
    Et tu peux m’écrire, cela me fera plaisir de continuer à te lire, même si ce n’est pas le meme voyage.

    M.-Andrée xxx

  10. Chère Catherine. Je t’ai lu pendant que je parcourais les États-Unis d’Est en Ouest et du Nord au Sud, en camping avec mes 3 filles et mon chum au cours des derniers 8 mois. Je me retrouvais dans tes paroles d’aventurières, tes défis d’école en voyage et les embuches des imprévus… Je sais combien les rêves et les voyages peuvent éloigner. Ici, le retour est dur… Votre histoire me touche droit au cœur…

  11. Danielle Lachance

    Je vous ai suivi tout au long de votre voyage, de chez moi à Montreal, vous m`avez fait rêver ! Je suis vraiment désolée ! Merci pour tout !
    Danielle

  12. Le vrai échec, c’est de ne pas essayer.

  13. Claude et Madeleine (Anastasia Park)

    Non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Plutôt un Saint-Laurent plein de dangers et d’écueils, qui monte et qui descend, avec ses splendeurs et ses laideurs. Mais la vie continue. Le voyage aussi. Sur terre cette fois. Courage, il y a toujours des surprises agréables qui nous attendent au détour du chemin.

  14. Bonjour à vous.
    J’ai connu une rupture avec ma moitié. Nous étions aveuglé par un objectif similaire (un tour de Méditerranée puis du Monde en voilier) au point que nous avions oublié de nous écouter et nous comprendre l’un et l’autre. J’avais également fait l’erreur de laisser un problème non résolu à Terre. De l’eau a coulé sous les ponts et nous avons fini par nous remettre ensemble par ce qu’il m’est apparu évident que c’était la seule personne apte à réaliser les mêmes rêves que moi et que j’avais mis la barre trop haut pour mon équipière. De son côté, l’idée de vivre une vie banale avec des gens tellement prévisibles la rebutait.
    Aujourd’hui vous êtes loin l’un de l’autre, mais demain un renflouage peut se produire SI vous caressez toujours le même objectif : partager une aventure humaine en voilier. Je vous le souhaite.
    Philippe sur Ti Gosier

  15. je cherchais sur internet une famille qui a fait le tour du monde en voilier…car comme vous j’ai ce desir depuis des années et mon conjoint aussi…nous avons un garcon de 2 ans et espérons en avoir un deuxieme…par contre je ne sais pas si financièrement tout cela est realisable !! mais a lire vos dernieres nouvelles …elles me font un peu peur…comment se fait il que vous aviez un si beau reve, de si beau enfant et que lorsque votre reve se concrétisait plus rien ne fonctionnait entre vous ??? le stress ?? j’aimerai bien comprendre car le rêve que vous avez réalise est aussi le mien mais je ne veux pas y perdre ma famille au détriment de nos rêves !!! j’espere que vous et vos filles vous vous portez tous bien !

  16. C’est triste, une famille de plus décimée.

    • Fort heureusement, Pauline, nous ne sommes pas décimés, mais tous encore bien vivants.
      Bien sûr, c’est triste, une famille séparée. C’est triste, un rêve abandonné. C’est triste aussi de ne pas être heureux dans un couple ou d’avoir des besoins primordiaux qui ne sont pas répondus. Et ça, je crois que c’est la base. Ensuite, la famille peut être reconstruite, le rêve peut reprendre.

  17. Coucou Catherine,
    je réalise seulement aujourd’hui quel est le terme de ce voyage que tu m’avais fait découvrir. Je suis attristée bien sûr par l’épilogue. Mais en même temps impressionnée par votre énergie à tous, et par les quelques mois décrits avec autant de bonheur. Ce que vous avez réalisé est formidable, et tant pour vous, adultes, que pour vos enfants. C’est vrai que les voyages ne pardonnent pas et qu’ils écaillent bien vite le vernis des habitudes. Je te souhaite d’aller plus avant à ta propre rencontre, et de construire des choses qui te feront encore grandir. Ta belle plume prouve que tu as des petites merveilles à dévoiler et ce que tu portes ne demande sans doute qu’à s’épanouir… Bon vent à tous dans ce nouveau voyage, même s’il est devenu terrien.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s