L’avitaillement à la dure

Plus que de la plaisance, c’est du camping !

Amenez-en des bidons !

Depuis le 17, nous avons atteint Miami puis, mes parents étant arrivés à Fort Lauderdale, nous sommes revenus sur nos pas, espérant bien revenir à Miami par la suite.

Or, si nous trouvons sans problème de formidables ancrages gratuits et bien protégés, tout près des épiceries, l’avitaillement en eau et en diésel est autrement plus compliqué !

DSC_0459Nous nous résolvons donc à une solution un peu hobo : l’avitaillement aux bidons. Quatre bidons de diésel de 20 litres chacun amenés quelques fois en visite à la station-service (station-service préalablement identifiée comme vendant du diésel), trois ou quatre bidons compressibles de même volume amenés à un quelconque robinet nous forgent des muscles d’acier en

DSC_0448plus de nous assurer du minimum requis pour fonctionner. En contrepartie, les économies faites sur le diésel sont substantielles ! Et nous avons véritablement l’air nomade !

Le gaz propane

En ce qui concerne le gaz propane, nous n’avons pas encore eu à faire l’avitaillement ici. Fort heureusement. Parce que  la bonbonne de propane est un animal familier qu’il est plutôt mal vu de promener à la main. Prendre taxi ou autobus est donc impossible. À moins… que vous ne la cachiez dans un grand sac fourre-tout, comme nous arrivons à le faire.  Il existe bien sûr souvent et relativement accessibles des centres d’échange de bonbonnes. Mais, outre le fait que ces bonbonnes rouillent beaucoup plus aisément que celles en fibre de verre (dont nous avons un exemplaire), les centres d’échange ne font affaire qu’avec leur produit. Malheur à vous si vous voulez échanger la bonbonne d’un compétiteur ! De plus, lorsque vous leur avez acheté une bonbonne, ne comptez pas la leur rendre : elle est à vous pour le meilleur et pour le pire ! Échange seulement, ils ne la reprennent plus. Votre investissement initial est tout bonnement perdu.

L’idéal aurait sans doute été de prendre 2 bonbonnes de fibre de verre, afin d’en avoir toujours une en réserve. Mais ces bonbonnes sont plutôt dispendieuses et prennent un précieux espace dans les coffres, d’autant plus qu’elles doivent être rangées de telle sorte qu’elles soient à l’abri des chocs. Nous nous exposons donc à manger froid et à laver la vaisselle à la même température advenant le cas où nous ne trouverions pas un avitaillement en gaz propane dans les heures qui suivent la pénurie.

Or, comme nous nous dirigeons vers les Bahamas, je caresse le projet secret de construire un four solaire pour remédier à cette dépendance au gaz. À suivre…

2 réponses à “L’avitaillement à la dure

  1. Tu vas te faire des muscles Catherine à ce que je vois. Ne lâche les jobs sont rares loll.Photo très bien réussi.

  2. WOW! quelles cuisses de béton! Ça donne soif, ça, le transport à bras! Il va te falloir un bidon de plus juste pour la route! xxx

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s