Second départ

J’ai été laxiste ces dernières semaines: longtemps, je me suis couchée de bonne heure. Mais c’est terminé. J’ai décidé d’écourter mes nuits pour mettre à jour ce blogue. Et rien de mieux que les quarts de nuit pour honorer cette résolution.

Quitter Jacksonville

Nous sommes enfin partis de Jacksonville le 9 janvier. Nous devions partir la veille – cela aurait fait 4 mois jour pour jour que nous avions quitté notre mouillage au Lac Champlain – mais un virus malvenu tourmente Yanick.
En ce matin du 9 janvier, nous ne sommes pas tout à fait aussi préparés que je l’aurais souhaité, même si la dite préparation dure depuis 2 ou 3 jours déjà. Entre autres, et c’est sans doute le pire à mon avis, les amis n’ont pas été correctement salués: dans la fièvre des derniers travaux, nous avons remis les civilités et, du coup, elles auront été carrément laissées de côté.
Mais ce n’est pas la seule raison qui me met une boule dans l’estomac. Après plus d’un mois à brouter au quai, nous sommes rouillés et avons perdu l’habitude de la mer. Et j’ai le trac.
N’empêche, bien qu’il ne soit que 7h30 et que le brouillard règne sur la rivière Ortega, ils sont étonnamment nombreux sur le quai pour nous dire au revoir: Jim, le premier à nous avoir accueilli, est là pour défaire les amarres qu’il avait attachées à notre arrivée. Je crois que les filles lui manqueront. Nancy et lui doivent nous emboîter le pas avec Carisma, mais les travaux les retiennent encore au quai pour un long mois. Il y a Bob, le sculpteur, qui la veille a offert à chacune des filles une petite figurine, et son épouse. Les équipages du Morning Star et du Moon Dance se joignent à eux, certains encore en pyjama.
Ça fait très étrange de quitter ce petit coin de quai en ciment, de reprendre notre errance et de voir ces amis il y a un mois étrangers nous crier leurs bons souhaits en agitant la main. J’en suis profondément touchée. Pour la plupart, nous ne les reverrons plus, c’est sûr. Leur souvenir se gravera-t-il dans nos mémoires ou disparaîtra t-il, lavé par les vagues de nouvelles amitiés ? N’empêche, pendant plusieurs semaines, ils auront formé notre univers familier. Familial même.
Après un mois d’immobilité pendant lequel nous avons souvent cauchemardé rester jusqu’à la fin de nos jours à Jacksonville ou tout laisser tomber pour revenir au Québec dès que la neige y aurait un peu fondu, après un mois d’immobilité, donc, nous larguons de nouveau les amarres. Cette fois, pour de bon. Inch Allah.

Purée de pois

Le brouillard nous suit plus ou moins densément jusqu’à l’océan et même au-delà. La visibilité est parfois réduite à 0.1 mile nautique. Les cinq ponts que nous devons passer sur la St-John River ont des allures fantomatiques. Les piliers du dernier se perdent dans les limbes et longuement nous scrutons le brouillard, craignant de le voir se matérialiser soudain juste devant l’étrave. Ce brouillard recèle néanmoins un aspect rassurant: je vois la tête du mât, mais distingue à peine le pont au-dessus, donc celui-ci est nettement plus haut que celle-là. Heureusement cependant que nous savons, pour avoir passé ces ponts avec anxiété en arrivant, qu’ils sont assez hauts pour nous.
Négocier le chenail de sortie de Jacksonville est cependant bien moins rassurant. Dans une purée de pois épaisse, d’énormes cargos arrivent en sens inverse, faisant sonner leur corne de brume. La navigation électronique nous permet de les voir, situés par GPS, sur l’écran de notre AIS. Mais le spectacle brouillé de ces mastodontes nébuleux hauts de plusieurs étages qui passent indifférents près de nous me fait froid dans le dos.
Sans horizon pendant une bonne partie de la route vers St-Augustine, difficile de ne pas avoir mal au coeur, d’autant plus que nous avançons au moteur, le vent étant trop faible pour dissiper le brouillard et nous pousser. Malgré tout, nous sommes tous un peu fébriles: nous avançons !

13 réponses à “Second départ

  1. Enfin de vos nouvelles… Merci et bon vent pour la suite des aventures. Nous pensons très souvent à vous ! Bisous,
    Aurore

  2. Pauline & Georges

    Je partage le dire de Aurore. Bonne bise à tous et surtout ne pas oublier les filles.

  3. Bravo!!! Bonnes nouvelles. Nous sommes a Luperon( Rep Dom) c ´est tres bien ici, nouvelle coulture, monde…

    Jaro

  4. Ahhhhhh enfin des nouvelles de vous. J’étais inquiète de ne pas vous lire. J’ai chercher néanmoins la dernière parution depuis belle lurette mais j’avais rien manqué de vos écris. Quel soulagement d’avoir de bonne nouvelles. Bonne navigation et bisous à toutes la famille. xxxxxx.

  5. Dans le temps de Noel, nous sommes allés en République Dominicaine. Un matin, nous étions au bord de l’atlantique et Xavier, l’air très songeur, m’a demandé s’il était possible que nous voyions arriver votre voilier et s’il pourrait jouer avec Véronique……
    Contente de savoir que tout va bien…..

  6. Christian Cloutier

    Bon un nouveau départ pour une nouvelle destination sous le soleil (ici -20 au thermomètre -35 avec le vents😦 ) Attention a vous…la vie est belle…la est douce :)…bye bye xx

  7. Véronique Duchateau

    Moi aussi je suis rassurée d’avoir de vos nouvelles, je pense souvent à vous.
    Mais c’est bien aussi de profiter de l’instant et faire des pauses dans l’écriture.
    Grosse bise de Paris sous la neige.

  8. C’est bien, le trac, ça donne de meilleurs performances, mieux senties, plus proches du coeur.
    xxxx

    julie

  9. André & Marie-Josée
    Bonjour à vous tous, content de savoir que vous avez repris la route, nous étions inquiets de ne rien savoir depuis le derneir message !!! Sandy … grossse tempête …. bref bcp d’inquiétudes pour vous .
    Yannick, est-ce que le dicton  »On est jamais prêt » s’applique aux voyageurs en voilier ??? Ne lâchez pas nous vous encourageons à persévérer le meilleur s’en viens
    Bizouxxxx à vous tous
    André & Marie-Jo

  10. Claude et Madeleine

    Salutations de Claude et Madeleine qui vous ont véhiculés de l’Anastasia SP jusqu’au port de St. Augustine. Nous vous souhaitons bon voyage. Un salut spécial aux enfants que nous avons trouvé adorables. Nous sommes de retour à Québec et vous suivons avec grand plaisir.

    • BOnsoir Claude et Madeleine,
      Nous espérons que la route a bien été. Nous continuons la nôtre vers le sud, encore une fois merci de ce coup de pouce ! Bientôt, l’article sur St-Augustine !
      Au plaisir !

      Catherine, Yanick et les filles

  11. We are missing you and the girls. It was good to hear the sound of children in the marina. Mattie and I wish you luck and smooth sailing.

    Bob at OYCM

  12. Claude Robichaud

    Bonjour tout le monde, Myriam on te souhaite une belle journée d’anniversaire. On vous envoi un gros câlin 💏

    Nathalie et Claude (le pompier) ❤❤❤❤

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s