L’Intracostal: conclusion et réflexions

Le Pamlico Sound

Le Pamlico Sound

À partir de Beaufort, il nous est possible de sortir de l’Intracostal waterway et de caboter sur la côte est des Caroline, de la Géorgie et de la Floride.

Une promenade de santé ?

C’est clair: nous avons sous-estimé la difficulté du canal de l’Intracostal. Celui-ci s’est révélé l’étape la plus ardue de notre périple vers le sud.

Nous ne sommes pas les seuls dans cette situation. Les autres familles qui partaient du Québec à peu près en même temps que nous y ont aussi connu des avaries. Le voilier Aloha Spirit y a perdu son hélice en plus de s’y échouer à plusieurs reprises. Papy Tao y a tordu la mèche de son safran. D’autres navires, semble-t-il, y ont aussi rencontré des difficultés.

J’ignore, ne l’ayant pas suivi, si le cours de la Société de sauvetage sur le sujet aurait pu nous faciliter les choses. Il est vrai que notre tirant d’air est sans doute peu commun. Je regrette néanmoins de ne pas l’avoir suivi.

Cela dit, j’ai appris de l’Intracostal que cartes, guides, GPS et logiciels de navigation demeurent limités. Aussi outillés que puissent être les équipages, la véritable maîtrise d’un plan d’eau, de ses particularités, de ses caractéristiques, ne peut être obtenue qu’en consultant le savoir local. Ainsi, aptitudes de navigation et aptitudes sociales en viennent à se compléter.

De sorte que, loin d’être une promenade de santé ou de la petite bière, l’Intracostal s’est révélé un tord-boyau robuste qui nous a donné des haut-le-cœur. Cela dit, nous y aurons eu plus de peur que de mal : le feu de mât arraché pourra être réinstallé moyennant deux bagues que nous avons commandées;  l’indicateur de vent électronique a été redressé grâce aux talents de Yanick et à son expérience dans le débosselage de carrosseries;  mon doigt demeure sensible au moindre choc, mais autrement tout à fait utilisable en flexion et en préhension sans réelle douleur.  Je me promets de faire appel aux bons soins de Maryline et de ses aiguilles d’acupuncture lorsque nous recroiserons la route de Papy Tao. Reste l’enrouleur du génois dont l’état est encore difficile à déterminer : est-il grièvement blessé ou seulement ankylosé ? Je compte le faire évaluer lorsque nous arriverons à Jacksonville, en Floride.

Le début des sorties en mer

Conséquence de nos péripéties sous les ponts, nos sorties en mer se sont faites plus tôt et plus longues que dans notre programme initial. Cela nous a permis de constater que les enfants fonctionnent assez bien dans des conditions de mer, bien que celles-ci aient été relativement faciles. Cependant, ces intermèdes sont pour elles bien ennuyeux : il me faudra revoir les choses pour me préparer davantage.

Réflexions techniques : comment passer sous les ponts ?

Plusieurs m’ont écrit en suggérant la gîte comme solution de passage sous les ponts. En effet, cette solution est souvent pratiquée : en faisant giter le bateau, son tirant d’air devient moins important.

Nous avons envisagé la solution de deux manières : en installant l’annexe comme contrepoids d’abord, puis, comme ce n’était pas suffisant, en la remplaçant par des barils d’eau. Certains ont été plus loin en proposant de mettre l’annexe à l’eau à côté du bateau afin de l’utiliser pour tirer le mât. Nous avons également réfléchi à cette option et l’avons rapidement mise de côté. D’abord, parce que nous doutons fort que notre petit moteur arrive à faire pencher notre grosse baleine. Ensuite, et surtout, parce que nous manquons de main d’œuvre pour réaliser une telle manœuvre. Idéalement, chaque passage sous un pont demanderait trois adultes à bord : l’un pour piloter, le second pour surveiller la hauteur et le troisième pour s’assurer que les enfants restent tranquilles pendant la manœuvre.  Ce troisième poste étant vacant, nous nous arrangeons autrement. Mais installer quelqu’un dans l’annexe pour piloter cette dernière et tirer le mât demanderait de sacrifier l’un des deux postes restants, probablement celui qui consiste à surveiller la hauteur. Pour nous, c’est impossible à envisager. Cela équivaudrait à passer le pont en aveugle. D’autant plus que, advenant un quelconque pépin, seul un adulte demeure en charge avec le voilier et les enfants, situation délicate que nous n’aimerions pas voir se produire.

Une autre solution possible est le démâtage. Si l’opération est délicate, sa préparation est longue : fabriquer les tréteaux pour installer le mât et défaire haubanage et gréements demande au moins deux jours, sinon trois, à une personne seule (puisque l’autre s’occupe des enfants). En outre, ce ne sont pas toutes les marinas qui possèdent l’équipement nécessaire pour manier un mât de l’envergure du nôtre. Ensuite, le démâtage implique une grande quantité de matériel encombrant qui se retrouve soudainement sur le pont, notamment les voiles et un de nos panneaux solaires.  Enfin, les coûts sont prohibitifs : au bas mot, nous estimons le démâtage à environ mille dollars – une fortune.

De sorte que, pour un bateau comme Lhasa, marin et stable, le mieux demeure encore d’éviter les ponts et de prendre la mer.

4 réponses à “L’Intracostal: conclusion et réflexions

  1. que dire, sinon tenez bon? xxx Julie

  2. Pauline & Georges

    Bien contente de vous voir hors de périple, les filles sont superbes. Reposez vous et profitez-en.Bon voyage ici il pleut.

  3. Bonsoir à toute la famille, vos voisins de cour arrière vous suivent depuis le début et j’avoue demeurer très stressée devant votre aventure. Voulant sincèrement vous encourager sachez que Serge (monsieur WD40) et moi, sommes très fiers de vous. Par contre je vois que le WD40 ne soulage en rien le mal de mer. Pour ce qui est de Larry il espère toujours se trouver un ami (chien).
    Bon périple. Serge et Danielle

    • Merci Danielle de tes bons mots. J’avoue cependant ne pas avoir essayé le WD40 pour le mal de mer. Est-ce que vraiment Serge me le conseillle ? 😉
      Embrasse Larry de notre part à toutes !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s