Gallery

Le spectre du budget

Qu’on parte donc ! À force de calculer, de supputer, d’estimer, on devient fou !

(Avertissement: cet article fait certes le point sur notre préparation, mais est surtout écrit avec les trippes, sans censure, et son contenu pourrait déranger certains lecteurs.)

Si les préparatifs vont néanmoins bon train, la marge de manœuvre s’amenuise avec chaque dépense, mais il semble que le nombre de celles-ci soit infini !

  • Tant qu’à avoir fait modifier le mât et l’étrave, ce serait bien de mener à bien le projet d’étai largable et de solent (voile tempête) !
  • Notre annexe menace de dégonfler pour de bon – pour l’instant, ce ne sont que des menaces, mais veut-on vraiment attendre qu’elles soient mises à exécution ?!
  • Et le dessalinisateur ? À toutes fins pratiques, les familles autour du monde qui en ont s’en félicitent, les autres s’en mordent les doigts ! La production d’eau douce sur les étendues salées des océans est évidemment un des nerfs de la guerre. Avec un minimum de budget et pas mal de temps, on pourrait le faire nous-mêmes, mais tant le premier que le second élément se font rares…
  • La barre à roue tribord commence à présenter un inquiétant jeu dans sa base, lequel porte à croire qu’un rajeunissement majeur du système de direction s’impose (avions-nous vraiment besoin de ça ?).
  • J’aimerais aussi amener une certaine réserve de fournitures scolaires pour distribuer à certaines écoles plus isolées. J’aimerais partager un peu l’immense chance que nous avons de pouvoir entreprendre ce périple. Pour l’instant, je cherche des partenaires pour ce projet.

Alors c’est reparti, on calcule, on suppute, on présume, on suppose… et on compte ! En comparaison de ce qui a été investi, il ne manque presque rien… Mais en dollars absolus, nous sommes encore loin du compte !

Je deviens parfois amère en pensant que, sans le changement du moteur brûlé en traversée, on serait sans doute à l’aise ! Mais ces réflexions sont stériles: on ne change pas le passé…

Alors, c’est reparti ! On peut tirer combien de nos meubles ? De la tondeuse ? Des tableaux ? Une demi-annexe, si tout va bien ?! Un tiers de dessalinisateur ou d’étais largable ?!

Bien sûr, ces réflexions sont l’apanage de n’importe quelle gestion budgétaire, à moins d’être presque millionnaire (et encore !), mais ici, j’ai l’impression que c’est encore plus émotif puisqu’on ne parle pas de confort, mais de sécurité (voile tempête, eau douce, transport sécuritaire vers la rive)…

Plus tangiblement, voici un article de Marc Veillette paru dans La Presse sur la planification financière d’un tour du monde en famille.

La solution extrême

Afficher les enfants sur eBay ?

À vendre: bébé mignon à croquer !

Blague à part, cette pensée me fait réaliser jusqu’à quel point les filles sont l’âme de notre projet, sa principale raison d’être: n’en déplaise aux circumnavigateurs de tout poil, faire le tour du monde à la voile sans enfant, c’est un beau trip.  Avec les enfants, c’est une grande aventure. Pour rien au monde, nous les laisserions derrière, nous serions encore plus malheureux que le Phoque en Alaska !

Cela dit, le spectre du budget hante néanmoins nos rêves, surtout les plus fous…

Mon père, Luc Desgagnés, et Gabrielle ( 9 mois) – Croatie

Mais j’ai la tête dure, un naturel buté:  nous partirons coûte que coûte! Le reste, ce ne sont que des détails (c’est le dicton de mon père que je me ressers aujourd’hui au moins aussi abondamment qu’il l’a fait lui-même ) !

Tout le monde peut voir une piastre de papier vert
Mais qui peut voir au travers
si ce n’est un enfant
Qui peut comme lui voir au travers en toute liberté
Sans que du tout la piastre l’empêche
ni ses limites
Ni sa valeur d’une seule piastre
Mais il voit par cette vitrine des milliers de
jouets merveilleux
Et n’a pas envie de choisir parmi ces trésors
Ni désir ni nécessité
Lui
Mais ses yeux sont grands pour tout prendre.

Hector de Saint-Denys Garneau, 1937

 

.

2 réponses à “Le spectre du budget

  1. Ah! que je vous comprends! Nos problème sont de moins grande ampleur, mais nous nous posons le même genre de question. Si ce n’est la température qui nous impose des délais, c’est plutôt la bedaine qui pousse de jour en jour et qui me permet de moins en moins d’aider mon chum pour la maison! Par contre, nous pourrions peut-être vous proposer une certaine forme d’aide… On se fait signe,
    so xx

  2. catherine durivage

    Vous êtes les meilleurs et je vous adores tous !!!! xxx

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s